Les calculs rénaux : tout ce qu’il faut savoir

par Patricia

Les calculs rénaux sont sous forme de petits cailloux, responsables de coliques néphrétiques. Ces dernières sont connues pour les douleurs violentes qu’elles engendrent spécialement dans la zone lombaire. Environ deux personnes sur dix sont touchées par la lithiase rénale. Les hommes sont beaucoup plus sujets à cette maladie que les femmes. Découvrez ici, l’essentiel à savoir sur les calculs rénaux.

Les calculs rénaux : qu’est-ce que c’est ?

Définition calcul rénal

Le calcul rénal ou la lithiase rénale est une maladie qui affecte les reins. Cette affection se manifeste par l’émission de calculs, ce sont des genres de cailloux qui empêchent le drainage de l’urine des reins vers la vessie. Ce blocage engendre des douleurs violentes dans la partie latérale de l’abdomen, c’est-à-dire la zone lombaire, nommée colique néphrétique.

Les différentes formes de calcul rénal

Certains calculs rénaux se logent dans les cavités rénales, mais les plus fréquents sont composés de calcium, à savoir le phosphate de calcium, l’oxalate de calcium. D’autres sont constituées d’acide urique. Il existe aussi de façon moins courante, des calculs d’actifs très variés qui peuvent être secondaires à des affections infectieuses ou génétiques.

Quelles sont les causes des calculs rénaux ?

La maladie lithiasique à la base de leur formation est due à des apports hydriques incomplets, des métiers ou certains climats qui exposent à la déshydratation. L’alimentation peut également être mise en cause et surtout les excès en sel, en protéines animales ou encore une carence en calcium.

Les calculs rénaux : qu’est-ce que c’est ?

Les symptômes des calculs rénaux

Les calculs rénaux peuvent être découverts pendant qu’il est uriné, il faudra cependant le conserver afin de pouvoir l’analyser. La maladie lithiasique peut également être découverte lors d’un examen radiologique, ou face à l’un des symptômes suivants :

  • Une infection urinaire à l’origine de pyélonéphrite, de cystite et de septicémie ;
  • Une présence de sang dans les urines ;
  • Une douleur lombaire franche ou discrète, intense, comme une crise de colique néphrétique, tellement violente qu’il est difficile de la calmer.

L’anurie est aussi une manifestation clinique du calcul rénal, mais très rarement observé. Elle s’observe rarement lors de migrations simultanées de calculs au niveau des deux uretères chez un sujet possédant un rein unique. Mais aussi si le calcul provoque un obstacle complet d’un uretère. La fièvre est une manifestation inhabituelle qui nécessite une consultation en urgence.

Le traitement des calculs rénaux

Pour traiter la maladie lithiasique, le traitement repose essentiellement sur la prise d’antalgiques associée à un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Il faut noter que les AINS sont très efficaces contre la douleur, mais parfois déconseillés selon les antécédents du patient ou s’il présente une complication. Parfois, selon les caractéristiques et les manifestations du calcul, la prise en charge médicale seule ne suffit pas pour soulager le patient.

Une intervention chirurgicale chez un urologue sera donc nécessaire pour compléter le traitement. Toutefois, le traitement dépendra du diagnostic élaboré par le médecin. Par ailleurs, pour prévenir la récidive, il est recommandé de booster ses apports en eau pour avoir une urine plus diluée et surtout changer ses habitudes alimentaires.  

Articles similaires

5/5 - (1 vote)

You may also like

Laissez un commentaire